L’expédition zéro-déchet, ou comment rendre les lieux culturels plus écologiques ? Un défi de taille, brillamment relevé par les participants du créathon d’Amsterdam (22 au 24 mai 2019)

Le créathon d’Amsterdam basé sur le sujet fédérateur intitulé, « culture et déchets, comment faire mieux ? », s’est déroulé dans le quartier emblématique de Leidseplein du 22 au 24 mai derniers. Il prenait rang au cœur de la très riche programmation du « Rendez-vous Paris-Amsterdam 2019 », qui permet le rapprochement entre les 2 capitales européennes sur la base d’une quarantaine d’évènements culturels croisés chacune.

 

La ville d’Amsterdam, forte de ses 1 000 lieux culturels et de ses 16 000 concerts et festivals annuels, est une capitale culturelle de renom où, comme à Paris, la question de la gestion des déchets générés par ses évènements représente un enjeu de taille. La ville a entrepris de gérer cette question en initiant plusieurs actions comme la mise en place de « Green Certificates » pour les institutions culturelles réunissant plusieurs critères de bonne conduite environnementale.

C’est dans ce contexte, que le Créathon d’Amsterdam, organisé conjointement par la Ville d’Amsterdam, l’Institut Français des Pays-Bas, le Réseau Franco-Néerlandais (RFN), l’Agence néerlandaise pour l’internationalisation des études (NUFFIC) et l’organisation What Design Can Do (WDCD), a permis à de jeunes Néerlandais et Français de se réunir dans la capitale néerlandaise pour répondre à cette question cruciale : « Par quels moyens les institutions culturelles peuvent-elles atteindre leurs ambitions zéro déchets ? ». Par équipes mixtes franco-néerlandaises de trois ou quatre, les Créathonien.nes ont pu élaborer des projets répondant à cet enjeu de notre société occidentale.

 

 

Quatre grandes institutions culturelles emblématiques de la ville d’Amsterdam se sont prêtées au jeu : la salle de concert du Paradiso, l’International Theater of Amsterdam (ITA), le Cinecenter et le l’espace culturel De Balie. Chaque institution a présenté un aspect bien particulier de sa gestion des déchets, permettant aux Créathonien.nes d’obtenir une vision d’ensemble des volumes de ces déchets, allant du plastique pour le Paradiso, au papier pour l’ITA, en passant par les affiches du Cinecenter et enfin des déchets organiques à De Balie. A titre d’exemple, le Paradiso génère 70 000 kg de déchets plastiques par an sous forme de gobelets en plastique, tandis que l’ITA donne le chiffre de 35 000 kg de déchets papier sous forme de brochures ou prospectus. Dans cette logique, la Ville d’Amsterdam a lancé le processus « Zero Waste Program » permettant aux institutions de mettre l’accent sur le recyclage de produits plus spécifiques. C’est le cas pour le Cinecenter et ses grandes affiches de films en plastique qui ont servies d’échantillons pour les Créathonien.nes.

 

 

 

Calendrier
Sur le plan
Sur Facebook

Sur Twitter

Notre Infolettre

Pour suivre l'actualité de l'Institut français des Pays-Bas