Fonds culturel franco-néerlandais : entretien avec Annemieke Keurentjes, directrice de programmes théâtre et danse au Holland Festival

Entretien avec Annemieke Keurentjes, directeur de programmes théâtre et danse au Holland Festival soutenu par le Fonds culturel-franco-néerlandais 2021.

Annemieke Keurentjes est directrice de programmes théâtre et danse au Holland Festival depuis 2018. En 2021, le Holland Festival a accueilli la metteuse en scène franco-autrichienne Gisèle Vienne en tant qu’artiste associée, avec le soutien du Fonds culturel franco-néerlandais de l’Institut français des Pays-Bas.

Pouvez-vous nous raconter votre parcours en tant que danseuse puis en tant que directrice de programmes au Holland Festival ?

« Avant de rejoindre le Holland Festival, j’ai travaillé à l’ancien Theater Instituut Nederland en tant que membre du personnel chargé des relations internationales. Auparavant, j’ai occupé divers postes pour différentes institutions culturelles, notamment en tant que directrice exécutive du concours international de chorégraphes de Groningue, responsable des relations publiques et du mécénat de Springdance et cheffe du bureau de production de l’Académie de danse de Rotterdam. Ceci après une carrière de danseuse et des études de politique et de gestion en études culturelles à l’université d’Amsterdam. »

Comment choisissez-vous les chorégraphes et metteurs en scène pour le Holland Festival ?

« Pour chaque édition du festival, mon collègue Jochemn Valkenburg et moi-même choisissons un ou deux artistes dont nous présentons le travail dans le programme. Ces artistes deviennent les artistes associés pour une édition. Dans les discussions sur l’oeuvre, les grands thèmes émergent naturellement : le concept du temps pour l’oeuvre de Ryuichi Sakamoto (artiste associé en 2021), ce qui n’est pas très surprenant pour un compositeur ; quant à Gisèle Vienne (artiste associée en 2021), elle est fascinée par les mécanismes qui (peuvent) former une identité : nos constructions culturelles, les accords sociaux et politiques qui forment un systèmes de normes et de valeurs, au sein duquel les personnes (doivent) trouver une place pour elles-mêmes. »

Gisèle Vienne, artiste associée du Holland Festival 2021, est fascinée par les mécanismes qui peuvent former une identité.

Comment avez-vous travaillé avec Gisèle Vienne dont trois oeuvres étaient au programme du Holland Festival 2021 ?

« Depuis la première fois que j’ai vu un spectacle de Gisèle Vienne, j’ai été fascinée par la précision de sa mise en scène, le courage qu’elle a de plonger dans le côté sombre des relations humaines et l’impact émotionnel de son travail. Puis, j’ai suivi son évolution et en 2013, elle s’est produite pour la première fois au Holland Festival et à nouveau en 2018. Les premières conversations avec elle sur l’interprétation du statut d’artiste associée ont été immédiatement très inspirantes et stimulantes, et cela a donné le ton des conversations que nous avons eues avec elle en équipe. Lorsqu’elle m’a dit qu’elle pensait à une adaptation de Kindertotenlieder, j’ai tout de suite été enthousiasmée : cette pièce contient de nombreux éléments qui trouveront également leur place dans des oeuvres ultérieures, et c’était la première pièce que je voyais d’elle. L’Étang est sa dernière création, une façon très originale de mettre en scène un texte de Robert Walser. Et spécialement pour le Holland Festival, elle a extrait un scénario de Crowd, qui a été interprété par Katia Petrowick dans The School dans le cadre de Short Circuit. »

Selon vous, qu’est-ce qui rend le Holland Festival si unique ?

« Le festival présente des oeuvres internationales qui résonnent avec notre époque sans être simplement tendances, grâce aux artistes qui font preuve d’un engagement social dans leur art sous de nombreuses formes. La représentation internationale et le caractère multidisciplinaire du festival sont uniques et comme nous travaillons avec des artistes associés, il y a une grande cohérence dans le contenu du programme. Le festival donne ainsi au public l’occasion de s’immerger dans diverses perspectives et dans le travail d’artistes connus et (encore) méconnus. »

Avez-vous déjà des idées pour le Holland Festival 2022 ?

« Trouver des idées pour la programmation à venir ou pour une édition ultérieure est un processus qui se poursuit en permanence. Nous sommes un peu en retard par rapport à notre rythme habituel à cause de la pandémie. Pour l’instant, nous sommes occupé à discuter avec les nouveaux artistes associés et nous sommes heureux de pouvoir enfin voyager et repérer des spectacles vivants. »


À propos

Le Fonds culturel franco-néerlandais de l’Institut français des Pays-Bas soutient les projets artistiques portés par des structures culturelles néerlandaises qui mettent l’accent sur la création contemporaine francophone.

Biographie

Après une carrière de danseuse, chorégraphe, enseignante, Annemieke Keurentjes a suivi un cursus universitaire et à continué à travailler dans le secteur artistique à différents postes. D’abord dans le domaine de la danse, puis à partir de 1998 dans le domaine du théâtre, notamment pour la jeunesse.

Informations

  • Entretien : Annemieke Keurentjes
  • Programme : Fonds culturel franco-néerlandais
  • À découvrir : Holland Festival
  • En partenariat avec : Institut français des Pays-Bas
  • Photo : Annemieke Keurentjes © Jochem Sanders